3 astuces de typographie pour des livres plus pros

Le fond, c’est bon : c’est votre domaine, vous savez ce que vous voulez écrire, vous avez bossé votre sujet. La forme : euh… vous ne savez pas pourquoi, mais il y a un petit hic dans votre livre. Quelque chose qui ne le fait pas ressembler à un livre « professionnel » mais vous n’arrivez pas à mettre le doigt dessus.

Et puis, un·e lecteurice particulièrement attentif·ve vous le fait remarquer : dans votre livre, les tirets n’ont jamais deux fois la même taille, vos dialogues sont parfois entre guillemets, parfois avec des tirets, vos deux-points et vos points-virgules se retrouvent souvent rejetés à la ligne… Bref, votre histoire est prenante, vos personnages sont profonds, votre orthographe est bonne, mais votre livre ne fait pas très… propre.

En effet, à l’école, on nous apprend à lire et à écrire, à soigner notre orthographe et à être capable d’inventer un récit. Mais on néglige complètement les petites ficelles et subtilités de la typographie, négligence accentuée par les claviers et les interfaces pensées pour la typographie anglophone.

Pourtant, avec quelques astuces simples, vous pouvez reprendre le contrôle et donner à vos écrits un aspect plus « pro » ! 😉

Les astuces dont je vais parler sont valables sur PC Windows. Pour Mac, la procédure est complètement différente !

  • L’apostrophe : typographique ou dactylographique ?

On connaît tou·te·s la touche apostrophe sur notre clavier standard : c’est le caractère principal de la touche qui écrit aussi 4 (avec la touche Maj enfoncée). Ce qu’on sait moins, en revanche, c’est que… ce n’est pas une apostrophe. Enfin, pas une apostrophe typographique, comme celle recommandée pour les textes en français. En fait, l’apostrophe du clavier est une apostrophe dite dactylographique, héritée des machines à écrire.

Ouvrez donc un document Microsoft Word. Appuyez sur la touche apostrophe et regardez attentivement l’écran. Vous avez vu ? Oui, c’était rapide, mais le logiciel a bien tapé un trait bien vertical, en hauteur (je ne peux pas vous le montrer car le thème WordPress que j’utilise s’amuse à remplacer mes apostrophes dactylographiques par des apostrophes culbutées, même en HTML), puis l’a immédiatement remplacé par ceci : ’. Observez bien la différence entre les deux. La première apostrophe, celle de la touche par défaut, est droite. La seconde, celle que Word met à la place de la première automatiquement (si ce n’est pas le cas, allez vite reconfigurer votre traitement de texte, ça vous épargnera bien de la fatigue !), est courbée, comme une virgule. C’est cette seconde apostrophe qui est dite typographique et qui est la « vraie » apostrophe, recommandée en langue française. La première est l’apostrophe dactylographique et est une apostrophe purement informatique.

Oui mais Sarah, me direz-vous, Word remplace automatiquement l’apostrophe dactylographique par une apostrophe typographique. Mais c’est bien un des rares ! Comment je fais sur la Toile par exemple ou dans un autre logiciel ? Évidemment, vous n’allez pas pouvoir reconfigurer votre touche apostrophe… L’astuce (qui, comme vous allez le voir, est la même que pour les autres caractères spéciaux qui vont suivre) est d’apprendre le raccourci pour insérer une apostrophe typographique à tous les coups. La méthode qui fonctionne sur la plupart des logiciels et sites internet, c’est le code Alt. Vous gardez la touche Alt enfoncée, vous tapez le code Alt du caractère spécial sur le pavé numérique (0146 pour notre apostrophe typographique) puis vous relâchez la touche Alt. Ça a l’air complètement ésotérique comme ça, mais je vous assure qu’on s’y fait, bien plus que d’aller chercher à la souris dans la table des caractères ou de faire des copier-coller…

Évidemment, le plus simple reste de taper ses textes dans un logiciel de traitement de texte, comme Word ou OpenOffice qui peuvent être configurés pour remplacer automatiquement les apostrophes dactylographiques. Mais cette méthode reste bien pratique par exemple quand on rédige un billet sur son blog WordPress !

Cette méthode a bien sûr ses limites. Elle ne fonctionne pas sur toutes les interfaces et n’est d’aucune utilité si votre clavier ne possède pas de pavé numérique. Mais à ce jour, c’est la méthode la plus efficace que j’aie trouvée. Il y en a d’autres, comme utiliser un copier-coller (pour ça, et surtout pour s’éviter de fouiller pendant des heures à chaque fois la table des caractères, je vous recommande le site https://unicode-table.com/fr/) ou la méthode que je vous donne tout à la fin de ce billet. Mais je préfère celle-ci (quand je suis sur un clavier à pavé numérique bien sûr) parce que c’est la plus rapide.

Le principe est exactement le même pour les guillemets :
« et » (guillemets français, aussi appelés chevrons) = Alt + 174 et 175
“ et ” (guillemets anglais ou guillemets français de second niveau) = Alt + 0147 et 0148
" (le caractère principal de la touche qui permet aussi d’écrire 3) = ce sont des guillemets dactylographiques (donc informatiques) qui ne correspondent à rien du tout, en tous cas en français !

Et sachez qu’il s’applique aussi… aux points de suspension. Les points de suspension sont un unique caractère, et non « trois petits points » à la suite ! Vous remarquerez le remplacement automatique de ceux-ci dans Word… Pour obtenir le caractère « points de suspension », le code est Alt + 0133.

Une variante du code Alt (ou code ASCII) est le code Unicode. Le principe est presque le même : on écrit le code Unicode du caractère, puis on tape Alt + C. Cela fonctionne sous Word mais malheureusement pas sous WordPress.

  • Les majuscules accentuées

UN GARCON CHAHUTE ET TUE AU PALAIS DES CONGRES (exemple fortement inspiré du Guéry, mon livre de chevet <3).

À votre avis, qui chahute et tue qui ? Et le palais est-il un lieu de conférences ou la demeure de poissons ? Vous l’aurez compris, en français, on a des accents (et une cédille) et il faut les utiliser, y compris sur les lettres capitales. Un clavier anglophone n’est pas une excuse, car il en va de la compréhension de votre texte, de sa lisibilité et d’éviter les contresens fâcheux.

Pour cela, même astuce que précédemment : les raccourcis clavier sont vos meilleurs amis ! En particulier les codes Alt, que je trouve particulièrement faciles et rapides à taper et à retenir. Mais si vous préférez les codes Unicode ou HTML, faites-vous plaisir ! ^^

Quelques exemples courants :
Ç = Alt + 0199
É = Alt + 144
È = Alt + 200
Chance, le circonflexe et le tréma ont leur propre touche sur le clavier (vous savez déjà l’utiliser) ! Mais figurez-vous que À aussi : il suffit d’utiliser le signe inférieur de la touche è (on obtient les signes inférieurs des touches de caractères spéciaux en maintenant la touche Alt Gr enfoncée) ! Oui, il s’agit bien d’un accent grave, pas de piège comme pour l’apostrophe 😉 Avec un petit Alt Gr + è, puis un Maj + a, on obtient notre À !

  • Inséquoi ?

Un sujet crucial à présent et pourtant uniquement abordé dans les classes de PAO des écoles spécialisées : les espaces insécables. Quand vous écrivez à l’ordinateur, vous appuyez sur la touche Espace pour insérer… une espace. Mais quand un signe de ponctuation comme le deux-points ou le point d’exclamation arrive au bout de la ligne, le malheureux est rejeté tout seul à la ligne suivante ! Pourtant, même si on ne vous l’a pas forcément dit explicitement à l’école, vous savez bien qu’on n’écrit jamais ça :
Sarah écrit des livres
: c’est sa passion.

Alors vous êtes tenté·e de coller le signe au mot précédent : après tout, les interfaces de blog et de réseaux sociaux n’ont qu’à gérer les signes de ponctuation correctement !
Sarah écrit des livres:
c’est sa passion.

Oui, mais ça, c’est la typographie anglaise. En anglais, on ne met pas d’espace avant les signes de ponctuation. C’est pourquoi la plupart des interfaces informatiques (généralement fournies par des entreprises états-uniennes) n’intègrent pas spontanément la notion d’espace insécable.

L’espace insécable est une espace qui empêche les caractères l’entourant d’être séparés. D’ailleurs, vous aurez peut-être remarqué que sous un traitement de texte, le remplacement d’une espace par une insécable est automatique, comme pour l’apostrophe. Mais quand ce n’est pas le cas, comment faire ?

Plusieurs solutions s’offrent à vous. Dans beaucoup de logiciels (et notamment les traitements de textes), la manipulation est simple : Ctrl + Maj + Espace. Lorsque ça ne fonctionne pas, Alt + 0160. Mais parfois, aucune des deux méthodes ne fonctionne, notamment sur WordPress. Dans ce cas, il faut aller modifier le texte en HTML et insérer le code &nbsp; (nbsp pour no-breaking space).

Oui, entre les raccourcis Ctrl et Maj, les Alt codes, les Unicodes et le HTML, cela fait beaucoup de codes et de manipulations à retenir. Mais je vous assure qu’en attendant des claviers et des interfaces adaptées à la typographie française, ces quelques réflexes éviteront à vos textes de passer pour des bugs informatiques ou des fautes de frappe !

J’espère qu’avec ces quelques astuces, vous arriverez à rendre vos textes encore plus beaux ! La meilleure astuce, pour la fin, reste tout de même de faire corriger son livre par un·e correcteurice professionnel·le… 😉

À très vite !

Sarah T.

Publié par Sarah Touzeau Autrice

Autrice écrivaine de romans fantasy et science-fiction

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :