Mes 5 films d’aventure favoris

Vous l’aurez sans doute compris, le cinéma fait partie de mes sources d’inspiration privilégiées. La dernière fois, je vous avais partagé ma sélection de cinq films de fantasy parmi mes préférés. La fantasy est bien sûr le genre dans lequel s’inscrivent pour l’instant le plus mes romans. Angélique Hacker comportant également des éléments de type aventure, je vous propose cette fois-ci de faire un tour de ce côté !

  1. Spirit, l’étalon des plaines (2002)

Pendant 1 h 24, ce bijou d’animation nous emmène dans l’Ouest de l’Amérique du Nord, au XIXe siècle. Si vous aimez les chevaux, l’action et l’émotion, ce film pourrait vous plaire. La musique de Bryan Adams et Hans Zimmer est sublime.

Spirit, l’étalon des plaines (Spirit: Stallion of the Cimarron)
Kelly Asbury et Lorna Cook (réalisation)
Dreamworks
2002

  1. Pirates des Caraïbes (2003-2017)

Avec une préférence pour le troisième épisode et ses scènes épiques : la bataille finale, la confrontation sur la plage ou encore…

Pirates des Caraïbes : Jusqu’au bout du monde (Pirates of the Caribbean: At World’s End)
Gore Verbinski (réalisation)
Disney
2007

  1. La Planète au trésor (2002)

Un des bijoux d’animation les moins connus de Disney, à mon sens, ce film transpose L’Île au trésor de Robert Louis Stevenson dans l’espace. Mentions spéciales pour la capitaine Amélia et le docteur Doppler, deux personnages qui m’ont fascinée enfant.

La Planète au trésor : Un nouvel univers (Treasure Planet)
Ron Clements et John Musker (réalisation)
Disney
2002

  1. Atlantide (2001)

Autre bijou d’animation méconnu de Disney, ce film m’a plu pour son humour, son action trépidante et ses éléments magiques. Mentions spéciales pour Audrey et Enzo, les deux personnages dont le caractère m’a le plus marquée.

Atlantide, l’empire perdu (Atlantis: The Lost Empire)
Gary Trousdale et Kirk Wise (réalisation)
Disney
2001

  1. Benjamin Gates et le trésor des Templiers (2004)

Parce que les énigmes. Et Nicolas Cage. Oui, je dois vous parler de Prédictions. Mais ce sera pour une prochaine fois, quand on abordera la science-fiction ! 😉

Benjamin Gates et le trésor des Templiers (National Treasure)
Jon Turteltaub (réalisation)
Disney
2004

Alors, oui, sur cinq films, on a quatre Disney (et un Dreamworks). Aucune volonté de ma part de favoriser ce studio, l’explication est bien plus triviale : la majorité des films avec lesquels j’ai grandi comprenait des Disney, tout simplement.

Je vous invite à partager dans les commentaires vos films d’aventure favoris !

À très vite !

Sarah T.

De l’art de faire des critiques et d’en recevoir

Écrire un livre, c’est s’exposer à la critique du lectorat. C’est même la rechercher, que ce soit en bêta-lecture pour préparer le livre avant sa publication ou bien après, autant pour améliorer la visibilité de l’ouvrage que pour simplement avoir des échos de son travail. C’est aussi parfois critiquer soi-même. Devenir auteur·rice implique d’entrer dans une communauté particulièrement hétéroclite mais qui promeut souvent l’entraide pour améliorer l’écriture.

Pourtant, quand on sait à quel point un·e auteur·rice peut développer un attachement très fort à ses écrits, on peut trouver difficile d’émettre et de recevoir des critiques sur ses ouvrages et ceux des autres.

Pour cela, les forums sont bien sûr le lieu idéal pour recevoir et donner des avis. Mais on peut aussi y être confronté·e sur les réseaux sociaux ou encore les sites d’achat… Se prêter à l’exercice dans les deux sens permet de vite en apprendre sur l’art et la manière de faire des critiques et d’en recevoir.

L’émotion, clé de la critique

Pour qu’une critique soit bien reçue, elle doit à mon sens satisfaire à une condition parmi les deux suivantes : ou bien elle n’est que positive, ou bien elle est parfaitement neutre. Par neutre, je n’entends pas que la critique s’abstient de relever tout point positif ou négatif : le principe de la critique est justement de pointer les éléments positifs et négatifs. Par neutre, j’entends un avis dénué d’émotion. La critique positive peut se laisser aller aux sentiments, au lyrisme : puisqu’elle ne fera que l’éloge de l’œuvre, et donc flattera l’estime de la personne critiquée plutôt que la descendre, elle peut s’accompagner d’émotions appuyant son enthousiasme. En revanche, une critique pointant majoritairement des aspects négatifs se doit de prendre des pincettes.

Je vois deux manières de souligner des aspects négatifs : avec l’intention de blesser ou avec l’intention d’aider la personne critiquée. Dans le premier cas, lae critique se laisse emporter par ses sentiments sur l’œuvre et souhaite faire payer à l’auteur·rice le mauvais moment qu’iel a passé. Dans le deuxième cas, lae critique ne souhaite pas décourager l’auteur·rice.

Concrètement, plus la critique sera argumentée en expliquant objectivement pourquoi vous n’aimez pas, plus elle sera reçue comme un conseil que comme une attaque. Un moyen de montrer votre bonne foi peut aussi être de relever sincèrement des éléments positifs de l’œuvre.

Le choix des mots

Quelques formulations peuvent aussi changer complètement l’effet d’une critique, même si l’intention et le fond sont les mêmes.

Commencer ses phrases par « Je pense que », « Je trouve que », « À mon avis »… peut souligner que l’on donne là son avis personnel, que celui-ci n’a pas valeur de règle universelle et que lae destinataire peut en faire ce que bon lui semble. Le conseil qui va avec est d’éviter toute formulation du type « Tu devrais », « Tu ferais mieux de », « Tu aurais dû »…

Pour souligner le fait que l’on donne bien son avis sur ce que l’on a perçu de l’œuvre, et non sur ce que son auteur·rice a voulu dire, on peut utiliser des verbes comme « sembler », « paraître », « avoir l’air », « donner l’impression », etc. plutôt que « être » ou « vouloir dire ». Ainsi, vous ne préjugez pas de ce que l’œuvre est ou de ce que son auteur·rice a voulu en faire, vous vous contentez d’exprimer ce que vous avez ressenti en la lisant.

Les questions, ou comment amorcer un dialogue

La critique peut aussi être l’occasion de discuter de l’œuvre avec son auteur·rice. En posant des questions sincères, et non rhétoriques, dans votre critique, vous faites d’une pierre deux coups : au lieu d’assener un jugement, vous soulevez des interrogations, montrant une ouverture d’esprit plus grande que si vous vous contentez de donner un avis sans vous questionner ; ensuite, vous tendez la main à l’auteur·rice pour lui laisser la possibilité de pousser la réflexion afin d’améliorer ses prochains romans ou de vous expliquer ses choix.

Vous pouvez par exemple demander : « Pourquoi ici as-tu fait cela ? Moi, j’aurais plutôt fait ceci… » Ainsi, vous laissez toute latitude à l’auteur·rice de considérer cet avis comme le vôtre, de s’interroger sur ses choix, tout en ayant la possibilité de les assumer, comme les siens, puisque c’est ellui l’auteur·rice et pas vous.

Ce qui m’amène à la façon de prendre les critiques : un·e auteur·rice doit absolument veiller à ne pas prendre la critique personnellement, même si elle lui est adressée personnellement. C’est extrêmement difficile, d’autant plus que nos œuvres sont souvent comme une partie de nous.

Ce qui m’a personnellement aidée, c’est justement de me prêter à la critique d’œuvres similaires aux miennes, auprès de personnes qui pouvaient également commenter les miennes. Ainsi, nous étions sur un pied d’égalité, dans un mécanisme d’échange. Je pouvais me mettre la place de l’auteur·rice quand je critiquais et à la place du lectorat quand je recevais une critique. Tout en donnant mon avis, j’imaginais qu’une personne faisait de même à propos de mon livre en utilisant les mêmes mots que moi. Je pouvais ainsi adapter ma formulation pour donner une critique plus constructive, et non destructrice.

J’espère que ce retour d’expérience pourra aider auteur·rice·s comme lectorat, pour encore plus de partage autour des livres !

À bientôt !

Sarah T.

6 erreurs à éviter en tant qu’écrivain·e

Quand on se lance en tant qu’écrivain·e, on est parfois un peu perdu·e et on finit rapidement sur la Toile à chercher des conseils pour éviter les erreurs classiques. Je suis toujours contente quand je peux lire les retours d’expérience d’autres auteur·rice·s ! C’est donc à mon tour de vous faire part de mes conseils pour prendre soin de vos écrits.

À éviter : Ne pas faire corriger son roman par un·e correcteur·rice professionnel·le
À faire : Prévoir le budget pour la correction

Peu importe la raison pour laquelle vous faites des fautes quand vous écrivez. On en fait tous et toutes, tout le temps, pour tout un tas de raisons. Cela n’a rien de répréhensible en soi. En revanche, une bonne attitude est d’admettre qu’on a besoin d’un·e professionnel·le sur ce plan.

Publier un livre sans l’avoir écrit, mis en page ou sans l’avoir doté d’une couverture ne vous viendrait pas à l’esprit. L’étape de relecture-correction n’est pas une étape optionnelle.

Vous n’êtes pas sans savoir qu’aujourd’hui, les auteur·rice·s ne sont pas payé·e·s pour écrire. En conséquence, très (très) peu sont riches et un nombre non négligeable est sans le sou. Vaut-il alors mieux ne pas faire corriger son roman ou le faire corriger pour un prix dérisoire ? Je prône la première solution et je vous explique pourquoi dans le point suivant.

À éviter : Faire corriger son roman pour pas cher
À faire : Privilégier la qualité

Le budget des auteur·rice·s est généralement (très) serré. D’autant plus pour les auto-édité·e·s. Nous devons donc choisir avec soin comment dépenser les fonds dont nous disposons éventuellement. Alors quitte à dépenser, autant ne pas le faire pour rien… Ne lésinez pas sur la qualité de correction. Une prestation trop peu chère signifie généralement moins de temps passé sur votre manuscrit. D’accord, vous récupérerez vite votre bébé… mais pas très bien corrigé. Pourtant, c’est bien pour qu’il soit corrigé que vous avez payé, non ?

À éviter : Ne pas faire relire son roman
À faire : Toujours demander au moins un avis extérieur avant de publier

On peut être pressé·e de publier ou gêné·e à l’idée de faire lire un « produit pas fini ». On peut avoir du mal à trouver une personne pour nous relire ou avoir des scrupules à utiliser une personne à cet effet sans la rémunérer pour son travail (rappelons que la relecture, la correction, l’illustration, la gestion de réseaux sociaux, l’élaboration de sites, etc. sont de véritables métiers, exercés par de nombreuses personnes qui y consacrent tout leur temps et qui n’ont que cette source de revenus).

Quelle que soit la raison (et aucune n’est mauvaise, écrire est une chose, faire lire en est une autre), je vous conseille tout de même de faire relire, d’une manière ou d’une autre, ne serait-ce qu’un extrait de votre roman. Le mieux étant bien sûr de rémunérer un·e relecteur·rice-correcteur·rice pour relire et corriger votre roman en entier. Mais si vous pouvez au moins ne serait-ce que faire lire le premier chapitre à un·e ami·e par exemple, cela vous permettra une chose : lier votre roman à votre lectorat lors d’une phase d’essai, avant le grand saut. On écrit à la fois pour soi et pour son lectorat. Écrivez ce qui vous vient, puis voyez comment votre lectorat le reçoit. Cela peut vous apporter beaucoup d’informations. Vous en ferez ensuite ce que vous souhaitez, mais en connaissance de cause !

À éviter : S’en tenir au premier jet
À faire : Ne pas hésiter à récrire son histoire

Un roman n’est jamais, jamais, jamais, jamais, jamais (j’insiste) pondu en une seule fois. L’écrivain·e ne se réveille pas au milieu de la nuit avec un ange qui lui dit quoi coucher sur le papier et pouf ! en une heure cinq cent pages magnifiques atterrissent dans la maison d’édition. Si l’inspiration peut venir de n’importe où, le roman fini vient de longues, longues, longues (j’insiste) heures de travail. Et surtout de retravail. Un premier jet n’est jamais bon. Jamais. Mais ce n’est pas grave ! L’écriture n’est pas la cuisine : vous ne suivez pas une recette, vous ne devez pas obtenir un plat parfait du premier coup parce que vous ne pouvez pas le « retaper ». L’écriture est plutôt comme la sculpture ou le dessin : on fait un truc grossier, on gomme, on peaufine, on regomme, on affine, etc.

Pour écrire efficacement, votre premier jet doit sortir relativement spontanément, sans trop de contraintes, brut, moche. Ensuite, vous allez relire, relire, relire, couper, rallonger, retravailler, remplacer, échanger… jusqu’à ce que votre deuxième jet (et si besoin, votre troisième, quatrième, cinquième jet) ressemble enfin à un récit correct et travaillé. J’insiste sur le mot travaillé. L’écriture est un travail. Les romans ne tombent pas du ciel. Essayer de cracher un premier jet parfait risque de vous engluer dans votre brouillon pour des années. Refuser de retoucher votre premier jet risque de donner à votre lectorat un torchon à lire. Les torchons servent à essuyer la vaisselle, pas à s’endormir le soir ! 😉

À éviter : Essayer d’écrire à tout prix « ce qui marche »
À faire : Écrire ce qui vient de vous

En relation avec le conseil précédent : quand vous récrivez, vous le faites pour éliminer les erreurs (qui ne manqueront pas d’arriver, rappelons-le, mais rien de grave à cela !), pour donner plus de force à vos mots, pour éviter les propos oppressifs, pour renforcer la cohérence de votre histoire et vos personnages. Bref, pour rendre votre roman plus beau au regard du sens littéraire et plus respectueux de votre lectorat. Mais pas pour séduire votre lectorat et lui donner ce dont il a envie même si ce n’est pas de votre goût.

Cela pourra arriver parfois : vous aurez écrit un roman sans aucune histoire d’amour dedans et une personne vous demandera de rajouter une romance. Ou bien votre personnage principal sera une femme d’une cinquantaine d’années et on vous suggèrera de la rajeunir. Si vous cédez, alors vous n’écrirez plus votre histoire pour elle-même, mais pour vendre et séduire. À mon sens, on est alors là moins dans un récit littéraire que dans une publication commerciale…

À éviter : Ignorer le processus de fabrication d’un livre
À faire : Se renseigner sur l’auto-édition mais aussi sur l’édition, et pas uniquement du point de vue de l’auteur·rice !

Ne pas se renseigner sur le processus d’édition est une erreur que commettent beaucoup d’auteur·rice·s débutant·e·s. Certes, se renseigner sur l’auto-édition est un passage obligatoire et nécessaire. Mais que l’on souhaite ou non passer par une maison d’édition, connaître un minimum leur fonctionnement est plus qu’utile… et pas seulement du point de vue de l’auteur·rice ! Pour en produire un, que l’on agisse en autonomie ou avec l’aide d’une maison d’édition, l’auteur·rice doit savoir ce que vaut vraiment un livre, quel travail il demande, qui travaille dessus, combien de temps et d’argent cela prend… D’une part pour éviter soi-même les arnaques. Contrats frauduleux, maisons à compte d’auteur, plateformes intermédiaires surtaxées… Les dangers ne manquent pas pour les jeunes auteur·rice·s en quête de contrats d’édition ou cherchant simplement à auto-publier leur roman. D’autre part pour ne pas « casser » la chaîne du livre en sabotant ses acteur·rice·s, y compris soi-même : en effet, beaucoup d’auteur·rice·s s’étonnent des prix de correction, de mise en page, d’illustration… Mais peu se rendent vraiment compte du travail derrière. Sachez une chose : un livre coûte cher. C’est parce que les livres sont aujourd’hui vendus dans les librairies à des prix dérisoires en comparaison de leur coût réel de fabrication que les maisons d’édition sont contraintes d’en vendre en nombre pour amortir leurs frais. Un livre, ce n’est pas seulement un auteur ou une autrice. C’est aussi un·e correcteur·rice, un·e maquettiste, un·e éditeur·rice, un imprimeur, un distributeur… Chaque étape de travail prend du temps, l’écriture du livre n’en est qu’une partie. Je suis la première à dire que le système de rémunération des auteur·rice·s devrait être revu. Pensez aussi que lorsque vous payez une correctrice 100 € pour relire vos 200 pages, vous ne lui permettez pas de vivre. Vouloir auto-publier son livre plutôt que d’attendre qu’une maison d’édition daigne vous accorder de l’attention n’est pas répréhensible. Que vous choisissiez l’une ou l’autre voie (ou les deux), prenez toutefois conscience de la réalité (du travail, de l’aspect financier, etc.) qui se cache derrière votre livre. Vous risqueriez sinon de lourdes déceptions.

J’espère que ces quelques astuces pourront aider d’autres auteurs et autrices dans leurs projets !

À très vite !

Sarah T.

L’artiste maudit·e et l’inspiration

Vous l’aurez peut-être remarqué, ce blog a connu un gros trou de publications de février à juin 2021. Je vous rassure, cette inactivité apparente n’a concerné que le site, et non mes romans, qui ont continué vaillamment à grandir pendant cette période. Mais alors, que s’est-il passé pendant ces quelques mois ? Pour faire court, disons que des soucis personnels sont venus fortement entraver mon travail. Du moins sur le plan de la communication, car heureusement, je pense avoir réussi à limiter au maximum les effets sur l’écriture. Par ailleurs, cette période n’a pas été vide en réflexions. Elle a notamment été l’occasion de réfléchir au fameux mythe de l’artiste maudit·e.

Une légende très répandue prétend que l’art naît de la souffrance, que les artistes ne sont mieux inspiré·e·s que lorsqu’iels traversent des périodes difficiles et des épreuves. Croyance erronée ou réalité universelle ? Ou bien quelque chose entre les deux ? Ce sujet fort intéressant m’a fait me poser de nombreuses questions et je crois pouvoir aujourd’hui apporter quelques éléments de réponse très personnels.

La souffrance n’engendre pas la créativité : elle la tue

Je ne crois pas que les épreuves et le malheur engendrent la créativité. Je ne crois pas que la souffrance soit nécessaire à la création. Je pense au contraire qu’elle l’entrave.

Lorsque vous traversez des moments difficiles, vous avez d’abord autre chose à faire que créer. C’est triste à dire, car l’art devrait bien être la première occupation de tout être humain, mais quand vous traversez un deuil, un accident, une perte ou n’importe quelle difficulté, vous êtes souvent appelé·e par des urgences matérielles pour essayer de résoudre la situation sur le plan pratique.

Par ailleurs, émotionnellement, les épreuves de la vie ne me paraissent pas la période idéale pour créer. Dans ces moments-là, on éprouve bien souvent de la peur, du stress, de l’anxiété ou de l’angoisse. Si vous avez déjà expérimenté ces émotions, vous savez comme moi qu’elles ont une tendance bloquante, empêchent de se concentrer, réduisent le champ de vision, bref, elles ne sont pas vraiment la voie du rêve. Par-dessus cela, les difficultés apportent aussi leur lot de tristesse, d’abattement, de découragement, de fatigue, voire de déprime. Autrement dit, les parfaites émotions alliées de l’immobilité et la sécheresse créative.

Occupé par des urgences pratiques et accablé de sentiments bloquants, l’esprit n’est donc pas du tout dans de bonnes dispositions pour créer quand il traverse des épreuves. Mes périodes d’écriture les plus fastes étaient celles où je disposais de la plus grande liberté et du plus de temps libre, tandis que mes périodes de page blanche avaient toujours lieu pendant les galères. Je tords donc le cou à cette croyance selon laquelle la souffrance est une aubaine pour l’art. Non, la souffrance tue l’art. Elle empêche l’artiste de se motiver pour se mettre à son travail. Elle assèche les idées et détourne de l’objectif.

L’art comme catharsis

Pourtant, les témoignages vantant leurs épreuves comme des périodes fastes pour leur art abondent. Mais j’ai l’impression qu’un raccourci s’est glissé dans l’interprétation. Est-ce vraiment la souffrance qui est nécessaire à l’art, qui a été son déclencheur ? N’est-ce pas plutôt l’art qui est venu comme un moyen de faire cesser la souffrance ?

De ce que j’ai observé des mes propres expériences, la créativité ne venait jamais pendant les périodes difficiles. Elle venait toujours après, une fois que les urgences matérielles étaient réglées, que la souffrance avait été apaisée, que la motivation était revenue et que l’esprit s’était éclairci. Cette créativité post-épreuve aurait-elle germé sans ladite épreuve ? Oui. Certains de mes plus beaux moments de flow artistique, de flux créatif, ont eu lieu dans des périodes où j’allais bien.

La souffrance ne préexiste pas à la créativité. La création préexiste, la souffrance vient l’entraver et la créativité finit par se rebeller, tente de revenir en force. Mais elle ne s’épanouit que dans un esprit apaisé, clair et déterminé. Ce qui n’est pas le cas d’un esprit empêtré dans des difficultés.

Oui, la créativité peut puiser dans les épreuves. Parce que la créativité puise en réalité dans tout ce qu’elle trouve ! Elle nourrira ses idées des épreuves comme des moments joyeux. Mais elle ne pourra le faire que lorsque l’élan créatif ne sera plus entravé par lesdites épreuves.

Le rêve, moteur de la création ?

Dans mon cas, ma créativité me vient de moments d’optimisme, de beauté et de rêve, où tout devient possible. Elle se tarit lorsque l’horizon rétrécit et que les spectres du désespoir viennent tuer toute motivation.

La personne en souffrance rêve de lendemains meilleurs, mais surtout d’un présent moins sale. Une personne en pleine possession de ses moyens et avec le confort nécessaire peut se laisser aller à imaginer tout en plus grand, en plus merveilleux, en plus incroyable. La personne en difficulté voit ses rêves s’écrouler, doute des possibilités, sombre dans le désespoir.

Je ne saluerai jamais mes périodes difficiles comme des terreaux de créativité, mais comme des ralentisseurs. Tout ce que je pourrai en tirer comme inspiration par la suite ne devra jamais servir à justifier et valoriser ces moments difficiles qui ne sont pas plus fertiles que les moments de bonheur.

Voilà pourquoi je ne crois pas que la souffrance et les difficultés soient nécessaires à la vie d’auteur·rice, qui aurait bien davantage besoin du confort facilitant la création !

Je vous laisse avec ces quelques réflexions et je retourne travailler sur mon prochain roman !

À très vite !

Sarah T.

Être alliée trans… et Potterhead

Difficile de vous le cacher : je me considère comme une grande fan de Harry Potter… et comme une alliée de la cause trans. Tout irait bien si J. K. Rowling, l’autrice de Harry Potter, n’était pas transphobe. Comme un grand nombre de fans, j’ai dû réfléchir sérieusement à la question suivante : comment concilier ma passion pour Harry Potter et mon combat pour les droits des personnes trans ?

Un besoin personnel de cohérence absolue

Je suis plutôt absolue en ce qui concerne mes convictions. Je mets souvent en doute mes croyances, j’apprécie d’apprendre de nouveaux points de vue, mais je ne fais guère preuve de demi-mesure dans mes engagements. Aussi, si je décide de ne plus soutenir une personne ayant tenu des propos oppressifs, je ne vais pas mettre un pouce vers le bas sur une de ses publications et un pouce vers le haut sur une autre ! Je vais mettre des pouces vers le bas partout (ou en tous cas sur toutes les publications oppressives) ou aucun pouce du tout.

Quand j’ai découvert que l’autrice de Harry Potter était transphobe [1], je me suis dit que le plus simple et le plus logique pour moi serait tout simplement de couper les ponts avec elle. On ne sépare pas un·e artiste de la personne : apporter son soutien à l’artiste, c’est apporter son soutien à la personne. Mais que faire des œuvres ? Lorsqu’elles contiennent aussi des propos oppressifs, la réponse me paraît évidente. Mais si ce n’est pas ouvertement ou explicitement le cas ?

Je trouve difficile de continuer à aimer l’œuvre comme celle de l’artiste. En faisant la promotion d’une telle œuvre, on fait aussi inévitablement la promotion de l’artiste. On ne sépare par l’artiste de l’œuvre. Comme beaucoup de fans de Harry Potter l’ont souligné, Harry Potter appartient de moins en moins à son autrice : le succès l’a complètement dépassée et les fans se sont emparé·e·s de l’œuvre et de son univers à un point que certains éléments de la saga et du fandom sont bien davantage l’œuvre de fans que de l’autrice. Ce point de vue m’a intéressée et je trouve ses arguments solides. Mais il fonctionne difficilement pour moi, pour deux raisons. D’abord parce que j’ai une vision holistique des choses : je pourrais passer des heures à me persuader que Harry Potter appartient aux Potterheads et non à J. K. Rowling, une partie de moi ne pourrait s’empêcher de penser que Rowling reste l’autrice originale du roman qui a lui même créé le fandom et que si je montrais ma passion pour ce roman, je trouverais toujours une personne pour croire que je soutiens l’autrice. La deuxième raison est que je suis fortement attachée aux notions de droits d’auteurice et de propriété intellectuelle : je revendique Angélique Hacker comme mon roman, je ne peux donc pas dire que Harry Potter n’est pas l’œuvre de J. K. Rowling. Je peux bien sûr, comme le conseillent de nombreux groupes de fans, ne plus acheter que d’occasion, ne promouvoir que le travail des fans, ne rien acheter qui donnerait de l’argent à J. K. Rowling, etc. Ces solutions sont déjà de très bons pas, mais ne suffisent pas pour moi (dans mon cas personnel, pas concernant les autres, qui font ce qu’iels veulent tant qu’iels ne s’en prennent pas aux trans) puisque même si on parle bien de Wizarding World et de Monde magique de Harry Potter, et non de Monde magique de J. K. Rowling, je ne peux m’empêcher de penser à ses horribles propos à chaque fois.

Un attachement profond

Arrivée là, je suis déjà bien empêtrée dans tout un tas de considérations contradictoires. Mais la toile d’araignée n’est pas terminée pour moi ! Un autre élément vient ajouter des perturbations aux perturbations. Parce que j’aurais très bien pu hausser les épaules et me dire que, peu importe à qui appartient Harry Potter, je renie l’autrice et toutes ses œuvres. Le problème est que j’aime trop Harry Potter.

Je parle là vraiment des livres, des films et de leur univers en tant que fictions de divertissement, pas de l’autrice, des éventuels messages qu’elle a pu y faire passer, et de même pour les réalisateurs ou les acteurs et actrices. Je sais que consommer du chocolat n’est pas écologique. À côté de cela, je ne peux pas supprimer ce frisson qui me prend quand j’en mange [2]. De même, je ne peux pas nier ce frisson, ce serrement du cœur, ce sentiment étrange d’excitation et d’enthousiasme qui me prend face à Harry Potter. Pour ajouter encore au drame, Harry Potter est le livre qui m’a amenée à la lecture et à la fantasy, qui a fortement imprégné mon enfance (et aussi mon adolescence d’une façon). Bref, difficile de rompre comme si cela ne me faisait rien !

Une décision difficile et compliquée

Une YouTubeuse disait très justement : « There are other books. » Je suis d’accord, nous avons tellement d’autres choses à lire, tellement d’autres passions vers lesquelles nous tourner. Je vais continuer mon voyage à la découverte d’autres romans, d’autres univers (en espérant que leurs créateurices ne vont pas nous trahir comme l’a fait Rowling…). Toutefois, je ne pourrai, je pense, jamais enlever de moi ma passion pour Harry Potter. Surtout moi, qui suis aussi absolue et engagée dans mes passions que dans mes convictions…

Alors pour l’heure, voici ce que j’ai décidé. Je le dis clairement : je désapprouve totalement les propos de J. K. Rowling. Je ne souhaite soutenir cette personne en aucune manière, considérant la gravité de son attitude [3]. Je resterai toujours, malgré moi ou non, une fan de Harry Potter. Je continuerai à vivre cette passion, peut-être plus discrètement que si les circonstances avaient été différentes, en m’efforçant de la dissocier le plus possible de Rowling.

Ceci est ma réflexion, mon parcours, mes choix, mon point de vue personnel sur cette question épineuse. Je sais que beaucoup d’autres personnes ont eu tout un tas de parcours, de choix, de réflexions, d’avis différents. Je les respecte et j’espère que chacun et chacune réussira à trouver une solution confortable pour ellui.

Je n’ouvre pas les commentaires sur ce billet. Je ne souhaite pas donner lieu à un débat sur ce sujet dans mon blog. La discussion a déjà lieu en de nombreux endroits sur la Toile. Je voulais simplement expliciter mon point de vue, d’autant que ma position est ambiguë. Les personnes qui me connaissent personnellement pouvaient savoir que j’éprouvais une passion pour Harry Potter, je savais donc que le sujet finirait sur le tapis. J’aurais par conséquent pu dire tout cela en privé, me direz-vous. Mais je crois que le faire ici, sur mon blog d’autrice, est utile pour deux raisons. La première est qu’en tant qu’écrivaine de romans fantasy, de la génération Harry Potter, l’influence de cette œuvre sur mes écrits est indéniable. Je ne peux donc pas esquiver le sujet. Par ailleurs, au début de mon désarroi (et pas seulement au début…), j’ai frénétiquement cherché sur la Toile des témoignages de Potterheads trans pour savoir comment iels avaient réglé la question. Je ne sais pas si mon avis sera utile à d’autres, mais au moins, j’ai clarifié ma position sur le sujet. La deuxième est que cela m’évite de répéter mes explications quinze fois…

On se retrouve bientôt pour des sujets plus joyeux !

À très vite !

Sarah T.

[1] : Comme beaucoup de personnes, je ne l’ai compris que lorsque ses déclarations sur Twitter se sont faites particulièrement explicites. Mais si on écoute bien son discours depuis plusieurs années, on pouvait déjà deviner la catastrophe à venir…

[2] : Je viens de vous dévoiler un levier de corruption, prenez note…

[3] : Dois-je rappeler que la transphobie tue tous les jours ? Quelques ressources :
https://www.gouvernement.fr/les-actes-homophobes-et-transphobes-ont-augmente-en-2018
https://sos-homophobie.org/rapportannuel

Les femmes trans sont des femmes.
Les hommes trans sont des hommes.
Les personnes non-binaires sont non-binaires.